30 juillet 2014 | Événement sportif

Transformer la confiance en victoire !

Après l’Allemagne (troisième) et la Suède (cinquième), l’équipe LUNAJETS poursuit son tour d’Europe en Pologne, à Sopot plus précisément. Comme toujours, c’est avec beaucoup d’ambition que Mathieu Richard et les siens abordent cette troisième épreuve du World Match Racing Tour.


SOPOT MATCH RACE du 31 juillet au 3 août


C’est en Finlande, de l’autre côté de la mer Baltique, auprès de l’équipe de France jeunes de match-racing, qu’il a encadrée à l’occasion des championnats du monde des moins de 23 ans, disputés à Helsinki du 23 au 27 juillet, que Mathieu Richard prépare son rendez-vous polonais. Encore une fois, là-bas, il a pu voir que le moindre faux-pas se paye cash : « Ils finissent quatrièmes. C’est une bonne performance, mais la troisième place leur tendait les bras. Ils n’ont pas bien navigué lors de la petite finale. C’est un peu rageant. » Un constat qu’il aimerait ne pas voir se répéter à Sopot, une ville de 40 000 habitants, située au nord de la Pologne, où seule la victoire sera belle pour LunaJets.


Actuellement quatrièmes du classement général du World Match Racing Tour, avec 33 points, à seulement 6 points du Suédois Hansen, deuxième, mais à 14 points du Britannique Williams, Mathieu Richard et ses équipiers savent combien il est important d’engranger de nombreux points en Pologne pour ne pas se laisser distancer. « La course au titre est bien lancée, on est dans le coup, mais maintenant il faut passer la seconde, assène le skipper français. Il faut transformer la confiance engrangée sur les deux premières épreuves en victoire. On a envie de gagner ! »


Greg Evrard, absent en Suède, est de retour à la GV tactique. Son entente avec Mathieu sera un atout précieux : « On se connaît parfaitement, puisqu’on navigue ensemble depuis mes débuts en match-racing, soit une quinzaine d’années. C’est l’assurance d’une communication tactique bien huilée. » François Verdier à l’avant et Olivier Herledant à l’embraque composent le reste de l’équipe, réduite à quatre membres sur cette épreuve disputée à bord de Diamant 30, des bateaux « un peu spéciaux, avec les bastaques à l’arrière, pas très toilés à l’avant, un grand spi et pas mal d’inertie », explique Mathieu.


Mathieu, Greg, Olivier et François n’auront qu’une journée, mercredi, pour apprivoiser ce voilier atypique, mais aussi le plan d’eau, inconnu pour l’équipe. « C’est une épreuve qui existe depuis de nombreuses années, mais nous n’y avons jusqu’ici jamais participé puisque c’est la première fois seulement qu’elle est inscrite au programme du World Match Racing Tour », indique Mathieu, qui a soigneusement pris note des tuyaux délivrés par son compatriote Pierre-Antoine Morvan, victorieux de l’épreuve dans un passé récent…